Publié dans Panorama-Cinéma

Critique : La Sapienza

“Car une chose est d’apprendre à regarder les films « en professionnel » – pour vérifier d’ailleurs que ce sont eux qui nous regardent de moins en moins – et une autre est de vivre avec ceux qui nous ont regardés grandir et qui nous ont vus, otages précoces de notre biographie à venir, déjà empêtrés dans les rets de notre histoire.” Serge Daney

Critique : La Sapienza Publié le 30 octobre 2014Laissez une réplique

“Car une chose est d’apprendre à regarder les films « en professionnel » – pour vérifier d’ailleurs que ce sont eux qui nous regardent de moins en moins – et une autre est de vivre avec ceux qui nous ont regardés grandir et qui nous ont vus, otages précoces de notre biographie à venir, déjà empêtrés dans les rets de notre histoire.” Serge Daney

Mon deuxième et dernier article post-FNC, sur La Sapienza, magnifique film d’Eugène Green, cinéaste que je découvre par ce film. J’aimerais bien creuser plus loin ma connaissance du corpus, mais il semblerait que ce ne soit pas très bien distribué, quelle surprise…

Et pour ceux qui n’auraient pas vu, mes nouveaux patrons ont été intronisés Critiques d’Ici, Jozef Siroka à la La Presse poursuivant avec eux (Jean-François Vandeuren, Mathieu Li-Goyette et Alexandre Fontaine-Rousseau) sa superbe série d’entrevue.

“Car une chose est d’apprendre à regarder les films « en professionnel » – pour vérifier d’ailleurs que ce sont eux qui nous regardent de moins en moins – et une autre est de vivre avec ceux qui nous ont regardés grandir et qui nous ont vus, otages précoces de notre biographie à venir, déjà empêtrés dans les rets de notre histoire.” Serge Daney

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *