Critique : Terminator Genisys

Une critique du dernier Terminator, pour Panorama Cinéma. De loin le pire de la série : Rise of the Machines était quand même pas mal, cohérent avec les films de James Cameron; Salvation c’est plus ordinaire, mais le personnage de Sam Worthington sauve la mise; Genisys, c’est le néant.

Sylvain Lavallée Écrit par :

"Car une chose est d’apprendre à regarder les films « en professionnel » - pour vérifier d’ailleurs que ce sont eux qui nous regardent de moins en moins - et une autre est de vivre avec ceux qui nous ont regardés grandir et qui nous ont vus, otages précoces de notre biographie à venir, déjà empêtrés dans les rets de notre histoire." Serge Daney

4 Comments

  1. laurence
    10 juillet 2015
    Reply

    Pour faire suite à Maggie, l’image d’Arnold dans Genysis annonce-t-elle suffisamment d’espoir?

    • laurence
      10 juillet 2015
      Reply

      Ah oui, j’ai vu pour la première fois Last Action Hero il y a quelques semaines! Mon dieu, mais ça m’a tellement touché!!!

      • Sylvain Lavallée
        11 juillet 2015
        Reply

        Difficile de répondre pour l’espoir : d’un côté, Arnold semble s’amuser dans son rôle, cette fois il parvient à protéger ses enfants, mais le fait d’être T-1000isé est aussi une sorte de résignation. Je suis tenté de voir en Arnold une résistance au numérique, ou plutôt à l’esprit numérique qui règne sur le cinéma contemporain : il y a son combat avec le T-1000, mais aussi avec le Prédateur (qui est d’abord présenté par du CGI, lorsqu’invisible dans la jungle) et le Satan de End of Days. Le monde post-apocalyptique de Maggie peut être vu en lien avec Judgment Day, qu’est-ce qui reste d’Arnold si l’apocalypse des machines/numérique survient? Rien, puisque son rôle est de protéger l’homme, c’est pourquoi sa fille ne peut qu’être mourant dans les circonstances. Dans Genisys, qu’il accepte être un hybride de T-1000, qu’il refuse son âge, lequel est toujours mis de l’avant depuis son retour au cinéma, c’est un peu étrange.

        Et Last Action Hero il y a en effet des scènes très émouvantes (le Believe in me est magnifique). L’autre gros morceau, étonnamment, c’est End of Days, que j’ai vu récemment. Il y a un condensé de toute la carrière d’Arnold, un dilemme superbe, pensé juste pour Arnold, et ça préfigure Gran Torino (il y a beaucoup de liens entre Arnold et Clint! Mais c’est le seul film, je pense, où Arnold devance le cheminement de Clint).

        • Laurence
          12 juillet 2015
          Reply

          Hmm, espérons que cette excursion dans le numérique soit pertinente!
          End of Days, avant que tu ne me le mentionnes, ce film était oublié quelque part dans les limbes de mon enfance! Je vais tenter de le voir de nouveau.
          Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *