Publié dans Infos

Le Cristal Fêlé

“Car une chose est d’apprendre à regarder les films « en professionnel » – pour vérifier d’ailleurs que ce sont eux qui nous regardent de moins en moins – et une autre est de vivre avec ceux qui nous ont regardés grandir et qui nous ont vus, otages précoces de notre biographie à venir, déjà empêtrés dans les rets de notre histoire.” Serge Daney

Le Cristal Fêlé Publié le 17 décembre 20153 répliques

“Car une chose est d’apprendre à regarder les films « en professionnel » – pour vérifier d’ailleurs que ce sont eux qui nous regardent de moins en moins – et une autre est de vivre avec ceux qui nous ont regardés grandir et qui nous ont vus, otages précoces de notre biographie à venir, déjà empêtrés dans les rets de notre histoire.” Serge Daney

Ça fait longtemps que je n’ai pas écrit pour ce site… Mais pendant ce temps, je préparais autre chose : me voilà avec un nouveau lieu pour exprimer ma pensée, un Tumblr, que je veux plus simple, spontané, libre que ce site-ci. Un journal de bord pour recueillir mes pensées en sortant de la salle, avant qu’elles ne se perdent, des textes plus courts, publiés rapidement, sans avoir à courir après des images. Ou pour partager des liens, plutôt que de les accumuler pour un éventuel Méli-mélo, idée que j’avais abandonnée par paresse. J’aurais toujours pu faire cet exercice en ces lieux, mais la mise en page ne s’y prête pas très bien, et j’avais envie d’essayer un nouvel outil pour mettre en ligne. Alors pour l’instant, les textes courts seront sur le Tumblr, et ceux avec plus d’ampleur devraient paraître ici, et sur Panorama-Cinéma, bien sûr.

Donc, ça s’appelle Le Cristal Fêlé, une référence à Deleuze que j’expliquerai quand je prendrai la peine d’écrire une page À Propos (c’est en lien avec La Règle du Jeu de Jean Renoir, d’où l’image). Mon but : écrire sur tout ce que je vois en salles et que je ne couvre pas pour Panorama-Cinéma. Idéalement, j’écrirais sur tout ce que je vois tout court, mais ça ferait beaucoup trop, alors pour l’instant je vais m’en tenir à l’actualité (possible aussi que je réessaie d’écrire en anglais). J’ai déjà publié des textes sur Spotlight, The Assassin, Joy et Carol. Prochainement, Hateful Eight (vu en version road-show) et The Revenant, qui doivent attendre because embargo. Sans doute aussi je ne pourrai m’empêcher d’écrire sur le film mastodonte du moment, mais c’est plus le genre de texte qui risque de se retrouver ici, because J.J. Abrams et Juste un Film, ça va de pair. D’autres s’en viennent à Panorama-Cinéma, Arabian Nights entre autres, et peut-être Hitchcock/Truffaut (bref, étant en vacances, j’en ai profité pour attraper les projections de presse, les screeners et faire mes emplettes cinéphiles du temps des Fêtes).

Pour les commentaires, sur Tumblr, ça fonctionne avec Disqus ou rien : je n’aime pas Disqus, alors j’ai hésité, mais si jamais certains veulent prendre la parole, je préfère leur en laisser la liberté. Enfin, je n’annoncerai pas ici chaque nouvel article là-bas, comme je le fais pour Panorama-Cinéma, mais il y a un lien dans le menu en haut. Au plaisir de se retrouver aussi à la sortie du cristal!

“Car une chose est d’apprendre à regarder les films « en professionnel » – pour vérifier d’ailleurs que ce sont eux qui nous regardent de moins en moins – et une autre est de vivre avec ceux qui nous ont regardés grandir et qui nous ont vus, otages précoces de notre biographie à venir, déjà empêtrés dans les rets de notre histoire.” Serge Daney

3 comments

  1. Ahhh quel plaisir de vous retrouver ailleurs! Je me demandais pourquoi ce “ralenti” sur Ducine…

    Je suis allé voir Carol hier soir, j’ai dû brailler au moins 3 fois, quel beau film. Comment ne pas être bouleversé par cet amour interdit qui finit par triompher. Le destin de l’amour au-delà de la tragédie du destin, on en veut plus.

    1. En fait, ça n’explique pas vraiment le ralenti, considérant que j’ai commencé ce Tumblr il y a environ trois semaines. Disons que c’est plutôt un mélange de paresse, d’articles qui n’aboutissent pas, de maladie et d’inspiration défaillante.

      Et oui pour Carol, on en veut plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *