Notes de visionnement – Risky Business

Tom Cruise devient Tom Cruise – oui, c’est le film qui fait de lui une star, mais ça demeure un rôle assez unique dans sa carrière puisque son personnage-type (celui qu’on retrouvera dans Top Gun ou Rain Man) ne se manifeste qu’à quelques moments clés. Quelques remarques :

1- Au départ, Tom Cruise ressemble au type de Losin’ it : trop habillé encore une fois, le col de chemise qui l’étouffe, le pull par-dessus, tout beau tout propre, mais déjà sa posture est moins rigide, le personnage est un peu plus détendu et si dans Losin’ it il passait son temps avec les mains dans les poches, ici il ne met que les pouces, et encore, seulement lorsqu’il veut se donner une allure d’assurance cool ; souvent il va les utiliser, ses mains, pour s’exprimer, il n’est pas aussi gêné.

2- Personnage surprenant parce qu’assez discret, calme, il y a une douceur dans la voix, une gêne évidente dans son contact avec les autres (il peine à regarder quelqu’un dans les yeux). Une innocence, aussi, qu’on ne lui a pas connu souvent, parce qu’en général Tom Cruise cache son ignorance par ses fanfaronnades, mais ici son Joel Goodson serait bien incapable de jouer au héros, ou de mentir (il s’essaie, mais personne n’est dupe).

3- Goodson : il n’est pas un bon fils, parce qu’il désobéit en tout à ses parents, mais il est un bon fils, parce que finalement il va réussir à devenir un bon petit entrepreneur (en réalité : un pimp) et à obtenir sa place à Princeton. C’est un peu ce qui revient souvent par après, Tom Cruise qui veut s’éloigner de son père par son comportement irresponsable mais qui finit par suivre sa voie.

4- Il est très passif dans ce film : c’est son ami qui appelle une première call girl, pas lui ; c’est Rebecca de Mornay qui lui propose de transformer sa maison en bordel pour une nuit ; il n’a pas à la séduire, et on imagine mal comment il aurait pu approcher une fille sans l’avoir d’abord payée (au début, il n’ose pas coucher avec une fille qui le lui demandait, et il ment, mal, pour cacher son inaction). C’est la seule chose en quoi il a confiance, l’argent. Quand Rebecca lui dit qu’ils pourraient faire une fortune avec son idée de bordel, il lance un grand sourire naïf (il vient de fumer du pot, il ne peut pas cacher son émotion).

5- C’est quand même lui qui appelle Rebecca, mais quand il lui donne son adresse au téléphone, il rabaisse un masque de hockey pour se couvrir le visage. Son premier masque, mais cette fois il veut se cacher (pas l’enlever).

6- Il est assez peu expressif, Joel, contrairement aux autres personnages de Tom Cruise, il esquisse souvent des gestes qui restent en suspens, ses mouvements sont posés, calculés, mais maladroits, ils servent à donner l’impression d’une confiance qu’il n’a pas. Quelques exemples :

  • Quand il découvre qu’il s’est fait volé, par Rebecca au début du film, il réagit à peine, il déglutit et hoche de la tête. Il ne se permet pas d’émotion vive, même seul.
  • Son sourire est souvent hésitant, il commence à l’esquisser pour le perdre aussitôt.
  • Quand il affronte Rebecca, il doit regarder de côté pour chercher ses mots et prendre sa confiance avant de ramener le regard vers elle, et quand la discussion est terminée, il ne sait pas comment la quitter (il attend qu’elle détourne son regard, mais elle ne le fait pas, alors il ne sait plus comment agir).
  • Dans une autre discussion avec elle, il utilise ses mains pour appuyer ses mots, pour affirmer sa confiance en tranchant l’air du revers, mais son regard dit autre chose, il est visiblement inquiet qu’elle ne le prenne pas au sérieux (il a raison).
  • Devant Guido, le pimp de Rebecca, quand Tom affirme She’s with me, il a les deux bras le long du corps, il les serre pour former un poing, menace de les lever pour appuyer ses paroles, mais c’est à peine s’il les soulève.
  • Pour imposer son autorité sur l’infirmière de son école, il la prend par le col, mais son geste est délicat, il n’y a aucune violence. Il ne soutient pas son regard, baisse les yeux vers ses mains qui tiennent le col et s’étonne lui-même de ce qu’il fait. Après, abattu, désespéré, il aura les mains au complet dans les poches pour quelques scènes.

7- Mais de quelle scène se rappelle-t-on en premier lieu dans ce film ? Tom Cruise à moitié habillé qui se déhanche (c’est un fan absolu d’Elvis) sur Bob Seger. Oui, c’est la scène où Tom Cruise devient Tom Cruise, mais on la remarque précisément parce qu’elle détonne : d’abord, Joel doit attendre d’être seul pour se laisser aller comme cela, il ne danserait jamais ainsi devant public ; aussi, c’est une danse d’un gars qui n’a jamais dansé, Joel n’est pas plus un danseur que Maverick est un héros, Tom Cruise exagère tous les gestes pour les amener au bord du ridicule (cette lascivité de pacotille!) La scène est drôle et la blague c’est Joel, un type pour qu’il n’y a rien de plus cool pour exprimer sa liberté que de faire le bacon sur un divan comme un enfant de trois ans.

8 – L’autre image iconique, c’est Tom Cruise avec ses lunettes de soleil et sa clope. Image fort intéressante, parce que c’est Tom Cruise qui gagne enfin son assurance – et comment ? En devenant vendeur, et en vendant du sexe (il est bon pour vendre, c’est sa job aussi dans Rain Man et dans Edge of Tomorrow, dans une certaine mesure dans Jerry McGuire). En même temps, il doit se cacher derrière ses lunettes de soleil – parce qu’il ne peut pas soutenir un regard. Tom Cruise semble confiant lorsqu’il nous vend sa confiance, lorsqu’il vend sa propre image d’homme confiant, c’est pourquoi on a toujours l’impression qu’il est en train de jouer (c’est son personnage qui joue, lui joue un gars qui joue).

9 – I deal in human fulfillment nous dit-il à la fin, tout fier d’avoir fait une fortune en devant pimp pour une nuit. Plus tôt, tous ses amis disent avoir comme seule ambition de faire de l’argent, Tom Cruise dit timidement qu’il veut aider les autres avant tout, mais personne ne le croit (nous non plus).

10 – Ce film ne pourrait pas être plus clair : Tom Cruise dans ses relations personnelles est timide, hésitant, il a peur de l’autre, mais quand il est au travail, quand il vend sa salade, il peut jouer à la perfection le type confiant jusqu’à en être arrogant (et le fait qu’il en fait trop devrait nous aiguiller, nous faire comprendre que c’est une façade).

11 – C’est pourquoi il n’a pas le droit à l’erreur, comme il dit au début, dans son parcours scolaire, pourquoi il se lance à fond dans son travail, pourquoi il est si exigeant envers lui-même – d’ailleurs, quand gagne-t-il sa confiance ici ? Quand il a tout perdu, que la situation lui échappe ; comme souvent, Tom Cruise se révèle quand il fait face à l’impossible. Il perd à nouveau sa confiance quand un adulte débarque dans son bordel d’une nuit, la peur revient dans ses yeux, et quand il pense avoir tout perdu à nouveau, il reprend son attitude – « What the fuck », c’est ce qu’il apprend, comment se laisser aller quand il n’a plus rien à perdre.

12 – C’est pourquoi, aussi, le sexe n’est pas compatible avec sa vie professionnelle : il est mal à l’aise avec sa sexualité, dès la première scène, son fantasme est interrompu par un cauchemar d’échec scolaire ; plus tard, c’est la police qui vient l’interrompre dans un autre fantasme. Oui, il sera avec Rebecca, mais c’est une sorte d’actrice justement, envers qui il n’a aucun engagement émotionnel (en tout cas au départ), et c’est à travers une relation professionnelle qu’ils apprennent à se connaître.

13 – L’opinion des autres compte encore beaucoup pour lui. Quand son ami lui dit que Rebecca est fantastique, il sourit légèrement en hochant de la tête. Il est plus fier de la remarque de son ami que du fait que Rebecca est vraiment fantastique.

Sylvain Lavallée Écrit par :

"Car une chose est d’apprendre à regarder les films « en professionnel » - pour vérifier d’ailleurs que ce sont eux qui nous regardent de moins en moins - et une autre est de vivre avec ceux qui nous ont regardés grandir et qui nous ont vus, otages précoces de notre biographie à venir, déjà empêtrés dans les rets de notre histoire." Serge Daney

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *