Catégorie : Critiques

25 août 2017

Eh, quelle surprise, un texte qui n’est pas sur Tom Cruise! Mais c’est une critique qui se veut un exercice de style très cavellien, alors on n’est pas loin… En tout cas, je n’ai pas beaucoup aimé, ça ce n’est pas une surprise, et je tente une explication de mon indifférence face à Christopher Nolan. Pour Panorama-cinéma.

4 juillet 2017
19 juin 2017
27 mai 2017
18 mai 2017

Une énième tentative de cerner le cinéma de Terrence Malick, cette fois centrée sur son cinéma récent et ce qui a changé par rapport à hier. Je suis rarement satisfait de mes textes sur Malick, ils tournent toujours autour des mêmes termes, les mêmes questions, et je n’ai jamais la sensation d’arriver à dire ce que je veux dire. C’est peut-être une bonne chose, peut-être pas, en tout cas vous pouvez juger de mon dernier essai, à Panorama-cinéma. (Mais je viens de le relire, et finalement je suis pas mal content – merci à Mathieu en passant qui m’a aidé à guider le texte vers la conclusion qu’il lui fallait).

21 mars 2017
20 janvier 2017
28 novembre 2016
24 novembre 2016
22 novembre 2016
13 novembre 2016
31 octobre 2016
22 octobre 2016

Je n’aurais jamais pensé écrire un jour sur un spectacle filmé de Justin Timberlake, même si je l’aime bien, et même si ledit film est fait par Jonathan Demme. Mais voilà, aujourd’hui, ce texte imprévu sur ce film fascinant, à Panorama-Cinéma.

(Et après avoir vu depuis Something Wild, je rajouterais qu’il faut sûrement y chercher aussi un point de vue sur l’Amérique, et que la figure du miroir, dont je parle dans le texte, avec deux individus en face à face qui trouvent chez l’autre un reflet inattendu d’eux-mêmes, est importante dans le cinéma de Demme.)

17 octobre 2016

L’édition 2016 du Festival de Nouveau Cinéma est terminée, et notre cinéphilie se voit un peu ravivée. Pas de grandes découvertes pour moi, que la confirmation du talent exceptionnel de Terence Davies (A Quiet Passion,…

15 septembre 2016
14 août 2016
5 août 2016
2 août 2016

Ce que je pense du film de Louis Morissette, à Panorama-Cinéma. (Quant à Arnie ci-haut, il n’a rien à voir avec le film en question, mais je ne voulais pas enlaidir ma page d’accueil avec une image du Mirage, ça rappelle de mauvais souvenirs. Autant en mettre une qui me rend heureux.)

24 juillet 2016
12 juillet 2016

Le dernier film de Steven Spielberg, une critique pour Panorama Cinéma. Une œuvre difficile à cerner : à la fois très spielbergien, très bien foutu, mais monotone et peu d’émotion.

28 juin 2016
15 juin 2016
6 juin 2016

Un essai de nature un peu différente, pour Panorama-Cinéma, sur ma relation à « De l’Abjection » de Jacques Rivette ; non, ce n’est pas un nouveau prétexte pour revenir sur des questions d’éthique de la représentation, mais bien une occasion pour parler d’amour, de filiation, de cinéphilie quoi. Ça sert aussi de prélude pour la table ronde organisée par Panorama-Cinéma, ce mercredi 8 juin à 17h à la Cinémathèque québécoise, avec Ralph Elawani, Helen Faradji, André Habib et Mathieu Li-Goyette qui discuteront de l’héritage de Rivette-critique (j’y serai, si vous y êtes aussi, on pourra se serrer la pince) ; ça s’intitule donc Confessions d’un mauvais ciné-fils.

25 mai 2016
16 mai 2016
3 avril 2016
29 mars 2016
5 février 2016
1 février 2016
19 janvier 2016

Sur Panorama-Cinéma paraît maintenant le top 30 de l’année de l’équipe – un beau palmarès je crois bien, surtout les dix premières places. Le mien (un top 29!) suit ci-bas. Je n’ai rien à rajouter…

11 janvier 2016
29 décembre 2015

À Panorama-Cinéma, une critique du documentaire de Kent Jones, Hitchcock/Truffaut. Le film est très bien, mais je vous conseille le livre, ce qui peut sembler évident considérant sa place prépondérante dans l’histoire de la critique cinématographique, mais comme je ne l’avais pas encore lu (je l’ai fait cet automne) et comme je suis encore sous le choc, je prodigue ce conseil évident pour ceux qui, comme moi, tardent à rencontrer cette œuvre essentielle.

27 décembre 2015

Je n’avais pas revu Gremlins depuis des années, et c’est vraiment formidable, un petit chef d’œuvre. Il y aurait beaucoup de choses à dire, et il me semble qu’on pourrait couvrir la majorité en passant…

19 décembre 2015

Ma critique de la première partie de l’extraordinaire trilogie de Miguel Gomes, pour Panorama-Cinéma (les volumes 2 et 3 seront couverts par deux autres rédacteurs). Évidemment, même si chaque partie s’aborde bien séparément, chacune trouvant leur cohérence à travers des thèmes distincts, il faut voir le tout, mais je dirais que le premier volume est légèrement supérieur aux deux autres, surtout au troisième, qui s’éternise trop longuement sur une histoire (fascinante, mais elle ne mérite peut-être pas autant d’attention).

13 décembre 2015

Je l’attendais celui-là, et ça ne déçoit pas! Bien au contraire, c’est de loin mon film hollywoodien préféré cette année (en attendant de voir Carol) – tous les détails dans ma dernière critique pour Panorama-Cinéma.

1 décembre 2015
23 novembre 2015
7 novembre 2015
31 octobre 2015
23 octobre 2015
14 septembre 2015
30 août 2015
21 août 2015

Troisième et dernière partie de ma série Un monde passé, pour Panorama-Cinéma, sur The Matrix et l’entrée officielle d’Hollywood dans l’ère numérique. J’ai un gros paquet de retailles après ces articles, je vais essayer de réorganiser cela en un texte complément ici, d’aspect plus philosophique. Je voudrais résoudre cette question : si, pour Stanley Cavell, le cinéma, en tant que monde passé, était « une image mouvante du scepticisme », qu’est-ce que l’image numérique?

7 août 2015
3 août 2015
10 juillet 2015
19 juin 2015
2 juin 2015
28 mai 2015
6 mai 2015
2 avril 2015
12 mars 2015
20 février 2015
26 janvier 2015
20 janvier 2015
13 janvier 2015

Le top 30 de Panorama-Cinéma est maintenant en ligne! Je vous y invite : vous y trouverez aussi mon top 10 personnel, celui des autres rédacteurs, ainsi que les quelques mots que j’ai écrits pour l’occasion sur Citizenfour, The Immigrant, Boyhood, Adieu au Langage et L’Image manquante.

6 janvier 2015

En concoctant un palmarès de fin d’année, il y a toujours un peu (beaucoup) de politique qui entre en jeu : est-ce que je nomme les films les plus représentatifs de l’année, ceux qui risquent de…

22 décembre 2014
10 décembre 2014

(J’avais commencé ce texte il y a environ un mois et demi, en sortant de la salle. J’étais sur une lancée, emporté par l’impact du film, et pouf, j’ai été interrompu par je ne sais…

4 décembre 2014

La deuxième (et dernière) partie de ma chronique sur le cinéma d’action pour Panorama-Cinéma, de la fin des gros bras jusqu’à Paul Greengrass, avec un aperçu de la politique d’acteur de Sylvester Stallone. Ouf! Ai-je envie de dire, ça m’a tracassé longtemps tout cela. L’aspect politique n’est pas mon fort normalement, mais je suis bien content de l’avoir emprunté, ce qui m’a permis d’aborder ce corpus selon un angle que j’aurais négligé autrement. L’avantage d’écrire pour les autres : se sortir de soi-même pour mieux y revenir!

27 novembre 2014

Il y a tant de choses à dire sur Die Hard! Pour Panorama-Cinéma, j’ai concentré ma critique sur l’aspect idéologique afin de rester dans le cadre du dossier actuel, mais aussi et surtout parce que…

24 novembre 2014

Pour Panorama-Cinéma, voilà ce sur quoi je planche depuis un moment, un regard sur le cinéma d’action hollywoodien et son lien à la politique : ma première partie ici sur les années 80, une deuxième à paraître prochainement pour faire le pont jusqu’à aujourd’hui. Une sorte de supplément à mes textes sur La Chute de l’Homme, un autre angle pour aborder ce corpus (le lien avec ce que j’ai déjà écrit à ce sujet se dévoilera dans la suite des choses).

18 novembre 2014
6 novembre 2014

Pas de doute pour moi que le dernier film de Jean-Luc Godard est l’un des films les plus importants de l’année – mais je serais incapable d’en parler! Je me suis fait avoir : Film…

30 octobre 2014
20 octobre 2014
10 octobre 2014

La version tl;dr sans spoilers : thriller redoutable qui vous tiendra en haleine pendant deux heures et demi (‘scusez le cliché critique), mais il ne faut pas se fier aux apparences, Gone Girl n’est pas qu’une…

6 octobre 2014
9 septembre 2014
26 août 2014
4 juillet 2014
25 juin 2014
8 juin 2014

Après avoir tant parlé d’éthique et de représentation, il était grand temps de trouver ce film qui pourrait enfin honorer cette vision d’un cinéma empreint de respect envers l’Homme. Que the Immigrant soit aussi un…

16 mai 2014
15 avril 2014

Il suffit d’une question pour résumer l’échec de Noah : qui aurait envie de sauver l’humanité après avoir vu ce film? Rajoutons tout de même quelques mots (et force spoilers) : Darren Aronofsky essaie de poser de…

3 avril 2014
27 mars 2014

Le cinéma québécois est-il déprimant? Se décline-t-il en deux variétés (commercial/ auteur) destinées à deux publics préétablis (Grand/et les autres)? Y a-t-il des spectateurs pour l’accueillir, ce cinéma? Est-il aussi mauvais que je le pense?…

11 mars 2014
6 mars 2014

  « You can wipe out an entire generation, you can burn their homes to the ground and somehow they’ll still find their way back. But if you destroy their history, you destroy their achievements and…

28 février 2014

Celui-là, je ne l’avais pas vu venir… Fascinant que ce Lego Movie, pour son propos humaniste étonnamment nuancé, qui pourrait presque (presque) nous faire croire que nous sommes devant un grand film… 1. Lego Existentialiste…

20 février 2014
12 février 2014
13 janvier 2014

Commençons cette deuxième partie de rétrospective en forme de fourre-tout éparpillé par un oubli (mineur) dans ma précédente liste : Bling Ring, Sofia Coppola On a accusé Coppola de ne pas se montrer (assez?) critique vis-à-vis…

4 janvier 2014

Je n’aime pas beaucoup l’exercice des listes de fin d’année (je veux dire : le faire moi-même; j’aime bien lire celles des autres), tout simplement parce que je ne vois pas assez de films pour m’octroyer…

21 décembre 2013
28 novembre 2013
19 novembre 2013
12 octobre 2013
6 octobre 2013
20 septembre 2013

Quand j’écrivais à Séquences « Aimer Michael Bay », j’étais tout à fait sérieux. Il n’y a peut-être rien à aimer dans ses scénarios, mais ce serait idiot de lui refuser la maîtrise d’une caméra qu’il manie…

9 septembre 2013
18 août 2013

Gus Van Sant, donc, enfin, version redux. Revenons à la case départ, mon intuition initiale. Ou plutôt ma prime erreur : je pensais Gus Van Sant au travers de Todd Haynes. Pourquoi? Aucune idée. Probablement…

13 juin 2013

Plusieurs parallèles courent entre Milk et To Die For : d’abord, plus anecdotique, Gus Van Sant voulait réaliser Milk dès 1992, avec Robin Williams dans le rôle principal, mais il a dû refuser le projet…

5 juin 2013

Comme vous pouvez le constater, cette rétrospective n’aura rien de chronologique; l’ordre des textes ne tiendra pas, non plus, d’une logique secrète, reliant subtilement les films de Gus Van Sant selon un quelconque alignement thématique.…

5 mai 2013
28 avril 2013
11 avril 2013

Spielberg, Spielberg, Spielberg… J’ai beaucoup écrit sur Spielberg l’an dernier, un peu trop même, enthousiasme dû à ma redécouverte d’un cinéaste que j’avais adulé enfant, appris à détester en commençant mes études en cinéma (trop…

22 février 2013

Pour passer le temps, avant les choses sérieuses, si on peut les appeler ainsi: je veux partager quelques réflexions sur divers films vus récemment, trop modestes pour être développées sur un article entier, ou apparaissant…

4 février 2013
25 janvier 2013

Quelle déception que ce nouveau Tarantino, après l’excellent Inglorious Basterds. Régulièrement accusé de se complaire dans des dialogues interminables, trop amoureux qu’il serait de sa propre plume, tous ses personnages parlant en plus un même…

14 janvier 2013

Film moyen, assez agréable à regarder, aussitôt vu aussitôt oublié, mais diablement intéressant à analyser, d’abord pour le comparer à l’excellente version originale de Paul Verhoeven (1990), mais surtout parce qu’il justifie sa propre évanescence…

10 janvier 2013
10 décembre 2012
11 novembre 2012
27 octobre 2012

I haven’t really answered these questions yet: what is Citizen Kane, and what does it represent? The first time I saw Citizen Kane I remained blind to its munificence, I didn’t understand Welles’ genius. I…

6 octobre 2012

Dear Esther, je m’étais perdu par votre faute. Le jeu est on ne peut plus simple : il suffit d’explorer une île déserte en écoutant la narration, des bribes de lettres adressées à une certaine…

29 septembre 2012

J’étais perdu, et voilà que l’ami Carax me ramène sur le droit chemin. Que faire de ce blogue? Ai-je vraiment envie de continuer? Sur quoi écrire? J’avais réponse à ces questions lorsque j’ai décidé de…

20 janvier 2010

Après une liste des best of de la décennie, il faut passer à ce qui est présenté comme l’avenir de la prochaine, cette révolution tant attendue, l’aboutissement du film 3D qui nous arrive après bien…

30 décembre 2009

Suite et conclusion donc : In The Mood For Love (2000, Wong Kar-Wai) Parlant de Bergman, Godard disait qu’il y a certains films pour lesquels on n’a qu’envie de dire : « C’est le plus…

23 décembre 2009

… autant bien le faire. De quoi parle-t-on? De liste bien sûr, de celle qui doit couronner cette décennie. Je propose donc mon top 10, en deux parties, vu la longueur des explications. J’ai voulu…

12 novembre 2009

Ah… Lars Von Trier… C’est l’un de ses cinéastes que j’ai adulés pendant des années et pour qui j’ai finalement perdu toute passion. Dans ma tête, il s’est mérité un temps le titre de plus…

2 septembre 2009

J’interromps le fil de ma réflexion précédente pour me débarrasser d’une obsession : en sortant de la projection du dernier Tarantino il y a de cela deux semaines j’étais quelque peu mitigé, séduit par l’ensemble…

4 juillet 2009

Pour la première fois ici, je me lance dans une critique de film, sans l’entraver de concepts ou réflexions connexes, un simple point de vue sur un film unique donc, ce Tulpan sorti de ce…

15 juin 2009

Bien drôle que ce petit débat (souterrain) entamé autour de Denis Côté il y a peu, sur le site d’Arrête Ton Cinéma! entre autres, dont les commentaires ont finalement été supprimés. Pour le mieux j’imagine,…

18 mai 2009

Dans le message précédent, je concluais mon exposé sans avoir touché directement à la question de départ, c’est-à-dire est-ce que ce réalisme au final artificiel n’est pas une ruse qui ne sert qu’à mieux faire…

16 mai 2009

L’an dernier, deux films américains usaient de style que l’on a qualifié de «rude», «âpre», «quasi documentaire», etc., des termes souvent utilisés pour parler d’une caméra à l’épaule qui se pose sans trop d’artifices sur…