Catégorie : Notes sur…

22 septembre 2017

Bon, ça faisait longtemps… Il y a une part de paresse qui justifie ce délai, mais c’est aussi parce que j’ai déjà trouvé ce que je cherchais en me lançant dans cette rétrospective, qui ne sera pas, je crois, exhaustive (non, pas de Jack Reacher ou de Edge of Tomorrow, j’en ai bien peur, je suis un peu tanné de voir ces films). Mais bon, il doit bien me rester au moins une dizaine de films importants à voir et transcrire ici. On repart avec :

L’un des deux chefs-d’œuvre majeurs de la carrière de Tom Cruise (l’autre étant, bien entendu, War of the Worlds), et un autre film éminemment cavellien – je me demande, à ce stade-ci, si je devrais m’étonner de cette rencontre qui va de soi entre Cavell et Tom Cruise, ou si toute star digne de ce nom se prêterait aussi bien à ce jeu interprétatif. J’aurais tendance à pencher vers la deuxième option, et à souligner que l’aspect autoréflexif présent chez Tom Cruise de manière très aigüe lui permet peut-être de rendre cela encore plus évident. Ainsi, Eyes Wide Shut, le meilleur film de Stanley Kubrick à mon humble avis.

24 août 2017

Un des gros morceaux TomCruséens – je dirais que c’est pas mal sa meilleure interprétation, son meilleur rôle (mais pas son meilleur film). J’aime beaucoup ces gestes presque burlesques, souvent de grands mouvements amples, exagérés, qui démontrent une certaine théâtralisation du corps, comme si Tom Cruise se mettait en scène en train de se mettre en scène (dit plus simplement : c’est Jerry Maguire qui se met en scène) C’est aussi un personnage qui est un peu plus complexe qu’il n’y paraît d’abord, avec une structure de film assez inusitée : je veux dire, croit-on vraiment à son mission statement qui ouvre le film, sa prise de conscience de la vacuité de son monde ? Voyons un peu à travers les yeux de Cavell :

19 août 2017
24 juillet 2017

Nouvelle décennie pour Tom Cruise, avec ces deux films de 1992 : le premier est plutôt insignifiant, Eyes Wide Shut sera le seul grand film (immense plutôt) avec le couple de l’heure, mais le second, admirable, amorce une nouvelle phase dans sa carrière. Mes notes :

20 juillet 2017

Cas fascinant de rencontre entre un auteur et une star : pour Oliver Stone, le drame de Ron Kovic est d’avoir perdu l’usage de son pénis, alors que pour Tom Cruise, la perte des jambes est beaucoup plus signifiante (même si en 1989 il n’était pas encore réputé pour sa course). Plus de détails ci bas, disons seulement en intro que ce Born on the Fourth of July est remarquable (les quinze minutes au Vietnam sont plus fortes que tout ce que l’on trouve dans le Platoon du même Stone), et le film est porté par une interprétation tout autant remarquable de Tom Cruise (né le 3 juillet : nous pourrions en faire un commentaire sur la star et son personnage, la star qui est presque son personnage, qui s’y confond mais pas tout à fait).

17 juillet 2017

Deux films sortis la même année mais qui ne saurait être plus différents : le premier est un pur navet, sans doute le pire film de Tom Cruise, et le second un grand film, malgré quelques problèmes. Mes notes ci-dessous :

13 juillet 2017

Immédiatement après Top Gun, le « Tom Cruise movie » atteint son apogée avec cette suite de The Hustler, Martin Scorsese offrant ici la meilleure variation du « jeune arrogant talentueux qui grâce à un mentor parvient à canaliser son énergie dans une direction moins irresponsable » (avant, donc, que ce scénario commence à sentir la formule). Après l’immense succès de Top Gun, les producteurs ne voulaient qu’une chose, une suite, mais Tom refusait, il préférait aller jouer avec Paul Newman et Scorsese. Voilà tout ce qui sépare le Tom de 1986 et celui d’aujourd’hui : son prochain projet, annoncé récemment, c’est ce Top Gun 2 qu’il a écarté plusieurs fois auparavant, et il n’y a pas de Scorsese en vue dans un avenir prochain. Quelques notes :

12 juillet 2017
7 juillet 2017

Ok, the « Tom Cruise movie » des années 80 ? Pas son meilleur, mais sûrement le plus iconique, celui qui assoit son statut de star. Remarquons d’abord que Tom Cruise a participé de près au film, il a retravaillé la première mouture du scénario que lui avait présenté Simpson/Bruckheimer pour développer notamment le drame de son personnage, alors Tom Cruise est en partie l’auteur du scénario-type du Tom Cruise movie, pas seulement son acteur (il continuera par la suite de collaborer à ses scénarios et de surveiller de près le tournage). Quelques notes :

6 juillet 2017

Tom Cruise devient Tom Cruise – oui, c’est le film qui fait de lui une star, mais ça demeure un rôle assez unique dans sa carrière puisque son personnage-type (celui qu’on retrouvera dans Top Gun ou Rain Man) ne se manifeste qu’à quelques moments clés. Quelques remarques :

28 juin 2017

Trois films cette fois-ci, des plus petits rôles, ou dans le cas du troisième, un film sans intérêt : Endless Love, Taps et Losin’ It. Il manque The Outsiders entre ces deux derniers pour compléter la phase pré-star de Tom Cruise. Donc :

25 juin 2017

Je me lance dans une rétrospective exhaustive de Tom Cruise (bis), alors je vais profiter de cet espace pour mettre au propre mes notes de visionnement. Ça commence avec : Days of Thunder, de Tony Scott (un cinéaste que j’aime beaucoup), un film qui est tant réputé pour être un rip-off de Top Gun que mon ordinateur identifie le disque Blu-ray comme « Top_Gun » (histoire vraie !) Mais la vérité est plus compliquée…

24 mai 2017

Si ma vie était un film de 90 minutes, j’en serais à la 45ème, coincé dans un point-milieu qui n’en finit plus, incapable de prendre la décision qui déclenchera la suite de l’action, pour me…

4 avril 2017

Un blogue vient de s’éteindre, et non des moindres – c’était, à n’en point douter, le blogue cinéphile au Québec, celui qui a su le mieux exploiter cette forme pour rassembler et soutenir une communauté…

29 janvier 2017

Plongé dans mes lectures que je suis, j’ai besoin de démêler quelques idées, ce que je vais essayer de faire ici, ou ailleurs, dépendant de la longueur. Je relis Walter Benjamin, et son Œuvre d’art…

18 juin 2016

Dans le troisième Hunger Games (la première partie de Mockingjay), il y a un petit échange merveilleux entre Julianne Moore et Jennifer Lawrence (j’insiste : c’est bien les actrices qui parlent, non leurs personnages, sinon ce…

3 avril 2016
1 décembre 2015
25 juin 2015

(J’avais dit mercredi, mais je n’avais pas pensé que c’était jour de fête… Voici le texte avec un peu de retard, celui sur Jurassic World sera en ligne lundi plutôt, question de laisser respirer le…

22 juin 2015

Plusieurs choses me trottent dans la tête, je ne prends jamais le temps de les écrire, les voici en vrac. Quelques billets rapides cette semaine, en commençant par Arnold (Schwarzenegger, évidemment). Mercredi, ce sera le…

9 mai 2015
25 mars 2015

Quelques citations tirées de Le Rire, essai sur la signification du comique d’Henri Bergson, lu récemment pour un texte à paraître bientôt sur Panorama-Cinéma. J’ai été surpris d’y trouver ces beaux passages sur l’art (pas…

26 décembre 2014

Quelques notes sur la critique, à partir de deux citations rencontrées récemment : 1. Jarvis Cocker (chanteur du groupe Pulp, et un parolier exceptionnel), en entrevue à Pitchfork I’ve never thought, “Oh, I’ve got to…

19 novembre 2014

Voilà des idées que je traîne dans ma besace depuis quelque temps, et avec ma critique de Birdman maintenant envolée, ce serait d’occasion de les exhiber; en deux questions : c’est plaisant, non, jouer au contrarien?…

19 septembre 2014

Je disais donc qu’il faut lire la critique professionnelle même si tout le monde est un critique, entre autres parce que celle-ci est plus habile à parler de son art de prédilection. Résumons par l’exemple…

13 septembre 2014
1 septembre 2014
10 août 2014

Parlons de Boyhood. Sujet inévitable, il n’y a pas tous les jours des chefs-d’œuvre sur nos écrans – mais ne parlons pas vraiment de Boyhood, parce que je ne sais pas encore comment m’y prendre…

19 juillet 2014

Je suis un peu perplexe : je n’écris jamais le texte que je pense écrire. Mon dernier ayant été publié dans l’empressement, je me retrouve dans celui-ci à expliciter ce que je trouvais trop obscur,…

11 juillet 2014

« Tom Cruise and Oprah talked on TV for 43 minutes. « Tom Cruise Kills Oprah » was 15 seconds. Even the longer YouTube clips of Cruise on Oprah’s couch clock in at only four minutes. Yet it…

21 avril 2014

Ou, comme le demandait un lecteur il y a quelque temps, « À l’ère d’internet et de l’information accessible partout, cette béquille [le résumé de film] prévisible et risible est-elle un passage obligé d’une « bonne » critique? »…

11 avril 2014

« One must ask how a critic expects to get an answer to the question about intention. How is he to find out what the poet tried to do? If the poet succeeded in doing it,…

12 février 2014
10 février 2014
30 janvier 2014

Interlude? Pas vraiment : en relisant mon dernier article, il m’est apparu que j’avais balancé beaucoup trop succinctement en fin de texte l’idée de « monde projeté » et la section sur l’acteur, alors j’écris…

5 décembre 2013

En effet, pourquoi écrire des notes sur la critique? Ou pourquoi la critique parle-t-elle si souvent d’elle-même? Bon, je ne suis plus officiellement critique, alors ce n’est pas comme si je vais parler de moi-même,…

28 novembre 2013
11 novembre 2013

Pourquoi parler de l’acteur? D’abord et surtout parce que personne n’en parle, de l’acteur (je veux dire : au-delà des potins), et parce que cette omission est éloquente, en ce qu’elle trahit une certaine manière de…

28 octobre 2013

Si j’avais à définir mon approche du cinéma (ou de l’art en général), je dirais que je m’intéresse avant tout à sa dimension humaine. J’aime la politique des auteurs parce que j’aime penser qu’il y…

13 août 2013
29 janvier 2013

Un bon ami à moi pratique le métier de critique de cinéma. Je veux dire : un vrai critique de cinéma, qui est payé pour faire ce travail par des journaux respectables. Je tiens à…