Liens

Une liste de tous ces sites où il fait bon lire sur le cinéma et les jeux vidéo – avec un astérisque pour noter mes préférences (basées uniquement sur ce qu’ils offrent sur le web: les Cahiers, c’est bien, tsé, mais sur leur site, il n’y a rien!) S’il me manque des essentiels, particulièrement pour le Québec, n’hésitez pas à me les signaler.

Cinéma

Québec

*24 Images
AQCC
Ciné-Bulles
Cinefilic
CINEFIX
DVD en Français
Extrabeurre (Kevin Laforest)
*Faux Raccord
Films du Québec
*Hors Champ
Images Parlantes (Martin Bilodeau)
*Jozef Siroka
*La Jetée (Georges Privet)
*Le Quatre Trois
*Marc-André Lussier
Médiafilm
Nouvelles Vues
*Panorama-Cinéma
Point de vues
ONF
Requiem pour un film (Martin Gignac)
Séquences

Ailleurs

Cahiers du Cinéma
Cinema Styles
Dave Kehr
*David Bordwell
Film Philosophy
*the Front Row (Richard Brody)
the Guardian
Les Inrocks
Jean-Michel Frodon
*Jonathan Rosenbaum
Libération
Matt Zoller Seitz
New York Times
Notebook (Mubi)
*the Pinnochio Theory (Steven Shaviro)
Ruthless Reviews
Senses of Cinema
*Some Came Running (Glenn Kenny)
*Spectres du Cinéma
the Seventh Art
They Live by Night (Bilge Ebiri)
Unspoken Cinema
*Wesley Morris (Grantland)

Jeux vidéo

\\………..// (Lyz Ryerson)
*Alternate Ending (Mattie Brice)
the Animist
Bigtallwords
*Critical Distance
Digital Ephemera (Dan Cox)
*Electron Dance (Joel HM Goodwin)
*Errant Signal
First Person Scholar
*Freakosophy (en français! et sur le cinéma itou)
Gamasutra
Gaming Vulture (Ethan Gach)
*Higher Level Gamer
*Ian Bogost
*In the Games of Madness (Frictional Games)
Kill Screen
Line Hollis
the Ludologist (Jesper Juul)
Ludonarratology (Sparky Clarkson)
*Mammon Machine
*Metopal (Nathan Altice)
*Normally Rascal (Stephen Beirne)
*Only a Game (Chris Bateman)
the Ontological Geek
*Radiator (Robert Yang)
*Rock Paper Shotgun
Quarter to Three
Sufficiently Human (Lana Polansky)
*this cage is worms (Cameron Kunzelman)

14 Comments

  1. Pierre Lachaine
    12 mai 2014
    Reply

    Il y a aussi le nouveau (et très beau) blogue de Martin Bilodeau, Images parlantes, qui vient de quitter le Devoir pour voler de ses propres ailes. Voici le lien : http://www.imagesparlantes.ca/

  2. Pierre Lachaine
    12 mai 2014
    Reply

    Pour ma part, je dois dire que j’aime bien Marc-André Lussier comme blogueur. Comme critique, il est honnête mais n’a, à mon sens, rien de transcendant, mais comme blogueur, il pose souvent des questions pertinentes, met en lumière des problèmes qu’aucun autre blogueur au Québec ne soulèvent vraiment, et, très important, intervient fréquemment, pertinemment, élégamment et rapidement (désolé pour l’enfilade d’adverbes!) dans sa section commentaires. C’est assez rare pour être souligné.

    • Sylvain Lavallée
      12 mai 2014
      Reply

      Oui pour Marc-André Lussier, il est très impliqué dans son blogue, ce qu’il faut souligner. Et non, il n’est pas transcendant, mais il a au moins des goûts personnels qu’il n’hésite pas à mettre de l’avant, ce qui pour moi est déjà beaucoup. Je sais qui est Marc-André Lussier par ses textes, ce que je ne pourrais pas dire de bien des critiques. Et je pense que ça teint son blogue, où il est peut-être plus libre que dans les critiques proprement dites. Bon, il se mérite peut=être un astérisque après tout!

      Merci pour Martin Bilodeau, je venais juste d’apprendre son départ, mais je ne savais pas que c’était pour mieux repartir ailleurs.

  3. Pierre Lachaine
    12 mai 2014
    Reply

    J’ai remarqué que vous avez mis un astérisque devant le défunt (mais toujours visible) blogue de Georges Privet. Je suppose donc de votre part une affection personnelle envers ce critique qui, pour moi, est un phare, un modèle de critique à la fois intègre et généreuse, personnelle et passionnée, savante et accessible. Un cas rare. Pour être tout-à-fait personnel moi-même, c’est mon critique préféré depuis les années 90, soit depuis les débuts de ma cinéphilie, alors que je me passionnais pour Kubrick et Scorsese. Privet, qui était au Voir à l’époque (le bon temps de ce journal aujourd’hui tombé en désuétude), c’était l’enthousiasme et l’érudition entremêlées, le parfait cinéphile, celui avec qui j’aurais voulu aller prendre une bière et discuter de cinéma. Bref, lorsqu’il a commencé son blogue, j’étais heureux comme ça se peut pas et maintenant, eh bien, maintenant, il me manque vraiment… Je l’écoute à la radio, avec Helen Faradji, mais ce n’est pas pleinement satisfaisant, disons. J’en voudrais plus, personnellement. Enfin… Tout ça pour en venir à vous demander quelle est votre relation personnelle avec M. Privet ? A-t-il été important pour vous ?

    • Sylvain Lavallée
      12 mai 2014
      Reply

      Oui, ben, on a pas mal le même cheminement cinéphile apparemment! Je voulais écrire sur Privet dans mon dernier texte, et puis j’ai dévié vers autre chose, mais je lui dois beaucoup. Avec le Voir (Juliette Ruer aussi, c’était la belle époque, et Denis Côté au Ici), puis son émission à Télé-Québec, c’est vraiment LE critique formateur (et je crois que ce fut le cas pour bien des cinéphiles de ma génération). Vous dites que vous auriez voulu prendre une bière avec : moi, c’est con, je l’ai vu plusieurs fois depuis cinq ans dans des salles de projection et je n’ai jamais réussi à lui dire bonjour. Je dois bien être le seul à être star-strucked devant un critique de cinéma, haha! Son blogue me manque aussi, son écriture (j’aime bien sa voix aussi, mais je n’arrive pas à me concentrer sur la radio). En plus, ça me faisait sentir moins tout-seul; bon, maintenant, il y a Martin Bilodeau, mais ce n’est pas la même chose (je n’ai rien contre lui, c’est juste pas le même type de relation privilégiée). C’est vraiment une figure d’exception dans le paysage de la critique québécoise.

      • Pierre Lachaine
        12 mai 2014
        Reply

        Merci pour votre réponse. Je vois que je ne suis pas son seul admirateur! Pour ma part, je l’ai croisé une fois dans la rue, il y a quelques années, et ma blonde avait l’impression que l’on venait de croiser Mick Jagger! Évidemment, je n’ai pas osé l’aborder, étant moi-même de nature plutôt timide. Ceci dit, j’ai moi aussi regardé religieusement son émission à Télé-Québec avec Catherine Perrin (je me souviens encore de sa critique de Mulholland Drive, c’est dire).

        Pour ce qui est de Martin Bilodeau, j’ai bien hâte de voir ce qui s’ensuivra de son blogue. J’espère en tout cas qu’il y aura une certaine interaction avec les lecteurs car, comme vous le dites dans votre autre entrée aujourd’hui, c’est plutôt pénible lorsqu’il n’y a que du silence entre le blogueur et les lecteurs (sur ce point, en passant, vous êtes un vrai modèle, vos réponses sont stimulantes et enrichissantes), comme c’est le cas au 24images, par exemple.

        Pour finir, j’en profite pour vous féliciter pour ces cinq années. J’ai le bonheur de vous suivre depuis vos débuts (étant tombé par hasard sur une de vos entrées, je crois que c’était votre excellent texte sur Lars von Trier, qui m’avait immédiatement interpellé) et, depuis le temps, vous en êtes venu à faire partie de ma vie cinéphilique au même titre que Privet à une autre époque : en effet, j’attends avec fébrilité le moindre de vos textes (ainsi que la moindre de vos interventions chez Siroka, imaginez!) car vous avez l’art de stimuler à tout coup mes “petites cellules grises” (pour citer Hercule Poirot!). Sur ce, en espérant vous lire encore bien des années.

        • Sylvain Lavallée
          13 mai 2014
          Reply

          Merci beaucoup! De même, vos commentaires sont toujours appréciés, vous stimulez aussi les miennes, de cellules. En général il n’y a pas tant de commentaires sur ce blogue (c’est d’ailleurs pourquoi il m’est facile de tous y répondre), mais je suis choyé par la qualité de ceux-ci, les questions qu’on me renvoie ou les réflexions qu’on prend le temps de noter en profondeur. Alors, à vous, et à aux autres réguliers s’ils voient ceci, merci!

  4. Pierre Lachaine
    10 janvier 2016
    Reply

    Juste de même, vous devriez aller faire un tour du côté de Kevin Laforest qui a depuis un an environ un site qui s’intitule Extra Beurre et qui, si ce n’est déjà fait, pourrait être pour vous une découverte assez enrichissante, tant vos conceptions du cinéma me semblent à l’opposé l’une de l’autre (je viens de lire votre critique de Revenant et la sienne, hyper positive, et vous ne pourriez être plus éloignés). Voici le lien en question : http://extrabeurre.com/

    • Sylvain Lavallée
      11 janvier 2016
      Reply

      Bonjour, ça fait longtemps! Je me demandais si vous étiez toujours en ces lieux… On m’avait signalé récemment l’existence de ce tumblr, mais j’avais oublié de mettre à jour cette page. En effet, on ne saurait être plus à l’opposé, lui et moi, même si on partage certains goûts (le cinéma d’action entre autres) ; par contre, pour l’instant, je ne trouve pas cette opposition très inspirante (franchement, il n’écrit pas très bien et défend à peu près pas ses positions). Merci pour le lien!

  5. Pierre Lachaine
    11 janvier 2016
    Reply

    Ah, soyez sans crainte, je ne suis jamais bien loin. Venir vous consulter est devenu une seconde nature avec le temps. Ce qu’il y a c’est que de un, je suis paresseux, si bien que je commence parfois des interventions que je ne termine pas (et que je ne publie donc pas), et de deux, je n’ai bien souvent rien à dire, n’ayant que rarement vu les films dont vous discutez. En effet, ma cinéphilie est bien chancelante par moments, remplacée par la littérature, la peinture, la musique. De plus, contrairement à quelques années de cela, je n’enfile plus les films les uns à la suite des autres. Je préfère aujourd’hui m’en tenir à très peu de films que je prend le temps qu’il faut pour digérer. Par exemple, cette année a été marquée pour moi par la découverte du cinéma de Dreyer, une découverte plus que marquante, à tel point que je considère aujourd’hui Gertrud comme le plus beau film qu’il m’ait été donné de voir. Une véritable épiphanie au point où je n’ai pu rien voir d’autre pendant 3-4 mois. Je n’avais donc bien franchement rien de bien pertinent à dire. Et puis, il y a de ces moments où se taire, réfléchir, respirer et ressentir semblent être les seules choses à faire. Mais, comme je disais, soyez sans crainte, vous lire est bien davantage pour moi que de lire des critiques de films, c’est une étrange relation amicale, qui ressemble un peu à celle que je peux avoir avec les artistes eux-mêmes, une relation transcendante. Mais bon, c’est vrai que je pourrais essayer d’être un peu plus actif. J’essaierai, cette année. Sur ce, je tiens à vous souhaiter une bonne année, même si elle commence étrangement, avec tous ces morts qui s’enchaînent ces derniers jours, ces phares qui s’éteignent.

    • Sylvain Lavallée
      11 janvier 2016
      Reply

      Je ne disais pas ça comme un reproche : c’est une inquiétude de ma part, une crainte d’avoir perdu des lecteurs en chemin, par une quelconque faute de ma part (est-ce que je me répète trop?, est-ce que je ne sais plus comment écrire?, est-ce que j’écris des niaiseries?, etc.) Il y a vous et deux trois autres noms que je ne vois plus, ce qui m’attriste, même si je me dis qu’il n’y a plus grand-chose à commenter sur ce blogue puisque j’écris surtout ailleurs, et que le silence n’est pas nécessairement synonyme d’absence. M’enfin, ce sont des tourments de blogueur : ceux qui font un tour dix secondes et disparaissent on se dit tant pis, mais ceux qui s’accrochent on n’a pas envie de les perdre, qu’ils soient silencieux ou non. Bref, je l’ai déjà dit, peut-être même à vous, il ne faut pas se sentir obligé de commenter, c’est juste une manière de dire : j’aime bien savoir que vous êtes toujours là.

      Dreyer : tout en haut de ma pile de cinéaste que je veux redécouvrir, cette année peut-être sera la bonne! Un de mes plus gros chocs cinématographiques, c’est Jeanne d’Arc à la Cinémathèque, accompagné au piano par Gabriel Thibodeau, dans une salle comble il y a une douzaine d’années. C’était d’une telle intensité, je ne jamais osé revoir le film ensuite, de peur d’amoindrir le souvenir de cette expérience. André Habib en parle d’ailleurs mieux que je ne le pourrais, peut-être étais-ce la même projection, dans son très beau La main gauche de Jean-Pierre Léaud, paru récemment.

  6. Pierre Lachaine
    12 janvier 2016
    Reply

    La Passion de Jeanne d’Arc est un film formidable, un des plus merveilleux qui soit (et pas seulement pour du cinéma muet, comme on l’entend souvent). Je ne l’ai toutefois jamais vu au cinéma. Pas de peine à croire que ce devait être beau en ta, déjà que mon Criterion sur ma 32 pouces, c’est toute une expérience! Pour ce qui est du reste de son œuvre, je ne voudrais en aucun cas envoyer d’injonctions à quiconque, mais ce serait certainement celle que je considère aujourd’hui comme la plus indispensable. Sa trilogie Jour de colère / Ordet / Gertrud est rien de moins que grandiose. Je ne saurais rendre justice à un tel corpus avec des mots, mais tout ce que je peux dire c’est que ça a vraiment changé ma vie. Enfin…

    Cela dit, merci beaucoup pour la suggestion de lecture, j’y jetterai certainement un œil prochainement.

  7. Stéphane I.
    12 janvier 2016
    Reply

    Je tiens à dire aussi que si je ne vous écris que rarement (jamais serait plus près de la vérité), je viens faire mon tour régulièrement (quand le temps le permet). Vous êtes l’un des meilleurs critiques québécois du moment; et de plus, votre clarté est un modèle pour tout critique (pour moi, qui travaille plutôt du côté de la littérature).

    • Sylvain Lavallée
      13 janvier 2016
      Reply

      Merci, ça fait plaisir à savoir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *