FNC 2016

L’édition 2016 du Festival de Nouveau Cinéma est terminée, et notre cinéphilie se voit un peu ravivée. Pas de grandes découvertes pour moi, que la confirmation du talent exceptionnel de Terence Davies (A Quiet Passion, mon film de l’année, qui risque peu d’être détrôné) ou de Hong Sang-soo (Yourself and Yours), mais il faut dire que puisque je voyais relativement peu de films (8 en tout), je ne me suis pas trop éloigné des sentiers battus. Le festival a été largement couvert à Panorama Cinéma (plus de soixante longs métrages dans toutes les sections!), mais, puisque vous êtes ici sur mon blogue, j’attire votre attention sur mes cinq petits textes, en ordre chronologique de parution : Diamond Island, A Quiet Passion, L’Effet aquatique, Évolution et Yourself and Yours (j’ai vu aussi Bitter Money, Daguerréotype et Les Arts de la parole). Un peu déçu par Bitter Money, de Wang Bing, mais quand t’as fait un des plus grands films de l’histoire du cinéma, c’est à peu près certain que tout ce qui suit sera décevant ; pas trop déçu par Daguerréotype, probablement parce que je m’attendais à l’être ; et beaucoup, beaucoup aimé Les arts de la parole d’Olivier Godin, un des rares cinéastes québécois qu’il fait bon suivre (son cinéma nous donne envie de raconter), et dont il faut partager notre amour parce qu’il est trop méconnu, à peine distribué, si seulement d’ailleurs il le sera (en salles je veux dire).

Sylvain Lavallée Écrit par :

“Car une chose est d’apprendre à regarder les films « en professionnel » – pour vérifier d’ailleurs que ce sont eux qui nous regardent de moins en moins – et une autre est de vivre avec ceux qui nous ont regardés grandir et qui nous ont vus, otages précoces de notre biographie à venir, déjà empêtrés dans les rets de notre histoire.” Serge Daney

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *